J’étais pendant 8 ans avec un homme atteint de « fièvre jaune »

Témoignage de Fille d’Asie, contributrice.

Je suis d’origine Hmong du Laos, née en France. Passionnée par le Japon, où j’ai fait un an d’étude, je suis aujourd’hui designer UI/UX et graphiste. 

A mes 18 ans je suis sortie avec un homme (que je vais appeler Stéphane), pendant 8 ans.

Mes parents étaient très stricts et attendaient de moi que je sois une femme douce, docile, fidèle, douée en cuisine, douée à l’école, intégrée. Si je sortais avec un homme, il fallait que ce soit LE bon. Malheureusement à 18 ans, on ne sait pas vraiment qui on est. Et je me suis donc identifiée à ce que mes parents voulaient que je sois et ce que cet homme voulait que je sois.

Après avoir lutté pendant 8 ans pour faire tenir mon couple, j’ai réalisé que ce n’était pas l’homme qu’il me fallait. La peur de décevoir mes parents était si grande, que je refusais de voir cette vérité.

Stéphane, lui aussi passionné par le Japon est en fait touché par ce qu’on appelle la « fièvre jaune » et je ne l’ai compris que trop tard. Lorsque nous nous promenions, lorsque nous faisions les courses, dès qu’il y avait une femme ou groupe de femmes asiatiques, il ne pouvait s’empêcher de les regarder.

Cela me mettait extrêmement mal à l’aise. Il m’a fallu des années avant de pouvoir lui en parler. J’avais envie de lui dire « Mais tu es stupide ou quoi ? Ta copine est asiatique ! » Je me suis même demandée s’il aurait préféré avoir une compagne asiatique d’origine d’Asie et non pas de France.

Stéphane me disait que j’étais juste jalouse. Après des années à me remettre en question, j’ai réalisé que je ne voulais pas être aimée pour mes yeux en amande, parce que je fais bien la cuisine, parce que j’ai la peau dorée, parce que mes cheveux sont fins et lisses, parce que « mon vagin est sûrement plus étroit », parce que mon nez est plat, parce que je suis asiatique. 

J’ai décidé de quitter Stéphane. 8 ans de vie, ce n’est pas rien, mais je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Stéphane a eu de multiples conquêtes après moi, une femme d’origine chinoise, franco-vietnamienne, kazakh, coréenne et chinoise.

Aujourd’hui encore, il nie ce fétichisme envers les Asiatiques. Mais cela me confirme son obsession. Le malaise que j’avais à l’égard de ce genre de comportement s’est transformé en dégoût et je vous confirme que pour l’avoir vécu, il y a quelque chose de très malsain.  

En Chine, on me prenait pour une japonaise, au Japon on me prenait pour une chinoise, en France je ne suis pas assez asiatique. Cela me fait beaucoup rire car mon prénom signifie « fille d’Asie ». Ma mère a choisi ce prénom car je suis née sur « le grand continent », mes frères et soeurs eux sont nés en Guyane Française, où mes parents se sont réfugiés après la guerre d’Indochine. 

Aujourd’hui je suis heureuse et en couple avec un homme qui ne connait rien à l’Asie, qui n’a pas été touché par mon faciès asiatique mais parce qu’il m’a trouvée très souriante.

Posts created 8

Un commentaire pour “J’étais pendant 8 ans avec un homme atteint de « fièvre jaune »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut