Femmes de réconfort, esclaves sexuelles de l’armée japonaise 

Cet album de Jung Kyung-A relate une sombre histoire du passé colonial de la Corée du Sud à travers le parcours de trois personnages : un médecin japonais chargé de la santé des détenues, une fille de colon hollandais et une jeune femme coréenne. Lors de la seconde guerre mondiale, l’armée japonaise a kidnappé, déporté, violé, battu, tué près de 200 000 femmes coréennes. Peu ont survécu. Le terme même de « femmes de réconfort » pose problème car il euphémise une violence subie par des milliers de femmes en Asie considérées comme des esclaves sexuelles.

#Corée du Sud #Album #Jung Kyung-A #Femmes de réconfort #esclaves sexuelles #colonisation japonaise

L’avis de Kim Gun

J’aime le format de cette BD historique qui permet, même si le sujet est grave, d’alléger la lecture et d’en faciliter d’une certaine manière la compréhension. J’ai apprécié également le fait que l’autrice évoque plusieurs points de vue situés des deux côtés des rapports d’oppression. Ce sujet est par ailleurs toujours d’actualité car bien que le gouvernement japonais ait initié dans les années 90 un fonds monétaire pour les victimes nommé ‘Asian Women’s Fund’, beaucoup de Sud Coréen.nes considèrent ce fonds comme une manière d’ acheter le silence des victimes. Il y a également des tensions liées à l’installation en 2011 devant les ambassades et consulats japonais de statues de jeunes filles coréennes représentant ces femmes.


Titre : Femmes de réconfort, esclaves sexuelles de l’armée japonaise
Autrice : Jung Kyung-A
Format : Album
Traduit du coréen par Youn-Sill Kim et Stéphane Couralet
Éditions :  6 Pieds Sous Terre et Au Diable Vauvert
Année de parution : 2007

Posts created 8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut